Le Pélican de La Malbaie

Rêves interrompus du Pélican de La Malbaie qui souhaitait

Pélican de La Malbaie

Bateau Le Pélican de La Malbaie

reprendre la mer!

De 1984 à 1991, la Société historique La Famille Le Moyne a fait revivre l’histoire du Canada à La Malbaie en construisant une réplique grandeur nature du navire amiral de Pierre Le Moyne d’Iberville, Le Pélican.

Le navire de guerre de 153 pieds de long, dont le mât devait atteindre 147 pieds de haut, était un classique de guerre française du XVIIe siècle, de 1 300 tonneaux. Le chantier de construction employait en grande partie des jeunes de La Malbaie et des environs, selon les techniques utilisées à l’époque, sous la gouvernance de l’architecte naval François Cordeau.

Le Pélican, un véhicule porteur d’histoire rendue vivante durant sa construction

Logo Pélican de La Malbaie

Logo Pélican de La Malbaie

Pierre Le Moyne d'Iberville le Pélican de La Malbaie

Pierre Le Moyne d’Iberville

La mission première de la réplique du Pélican devait principalement être un outil d’enseignement facilitant la compréhension de l’histoire canadienne du début du pays. Tout au long de sa construction sur la batture du fleuve à l’embouchure de la rivière Malbaie, à quelques pas du pont Leclerc, la réplique du Pélican, comme un témoin du passé, a capté l’attention et attiré le public et les touristes de passage dans la région.
En plus de servir de véhicule de promotion touristique de Charlevoix durant cette période du projet, le Pélican rêvait à devenir un ambassadeur sans pareil des fêtes nationales, internationales et des rassemblements de grands voiliers à travers le monde.
Durant que le chantier s’activait, l’histoire du Pélican et les aventures de Pierre Le Moyne d’Iberville dans la baie d’Hudson rayonnaient. Une fois racontée, cette histoire était propice à la sensibilisation de l’importance de connaître son histoire et de reconnaître ses héros

Le Pélican de La Malbaie comme symbole du Canada

Le respect de l’architecture et des techniques de son époque ont fait de cette réplique fidèle d’une frégate française de la fin du XVIIe siècle, une plate-forme idéale pour présenter l’histoire devenue vivante par l’animation sur le chantier.
Un but non caché des initiateurs et constructeurs de cette réplique était le réveil d’une conscience historique des Canadiens permettant de créer ainsi une identité nationale plus fort, comme un symbole du Canada. Ils souhaitaient que tout en servant d’ambassadeur de l’histoire et du Canada, lors de ses déplacements, en guise de musée ambulant, il allait promouvoir cette histoire et sensibiliser la population qui allait se réapproprier cette page de notre histoire.

Le Pélican, un navire-école à oublier, a été une école de la vie pour plusieurs!

L’équipage rêvé du Pélican aurait été composé de jeunes et moins jeune en provenance de tous les milieux. Aussi, avait-on comme projet de le faire naviguer comme navire-école pour la jeunesse canadienne. On rêvait alors d’entraînement de matelotage incluant diverses activités de développement personnel par la formation et le partage de connaissances des plus vieux ou plus jeunes.

Pélican de La Malbaie (1987) Pélican de La Malbaie Pélican de La Malbaie - au coeur du bateau, des hommes! Pélican de La Malbaie Château-arrière du Pélican de La Malbaie Le ventre du Pélican de La Malbaie Les ponts du Pélican de La Malbaie Ponts du Pélican de La Malbaie

Les équipes de travail pour cette construction étaient formées d’une quarantaine d’hommes, majoritairement des jeunes de moins de 30 ans. Ces derniers débutaient leur vie à la recherche d’expérience de travail dont plusieurs rêvaient de naviguer à bord le temps venu.

Pélican de La Malbaie (1988) Pélican de La Malbaie (1987) Chantier du Pélican de La Mabaie hiver 1990 Le chantier du Pélican de La Malbaie Chantier du Pélican de La Malbaie, été 1989 Pélican de La Malbaie

Une plus petite équipe de filles, accueillait les touristes et visiteurs de passage afin de les accompagner pour une visite guidée et encadrée pour la sécurité après leur avoir fait visité un mini-musée d’interprétation et présenté un court vidéo relatant son histoire et présentant les grandes étapes de sa construction. Des amitiés sont nées et surtout un vécu particulier et une grande fierté les unissaient.

Une toute autre équipe a été formée par les Chantiers AML qui avaient été mandatés pour finaliser le bateau qui a été mis à l’eau avec succès.  Finalisé à l’Isle-aux-Coudres dans Charlevoix, le navire a par la suite été remorquée jusqu’au Vieux-Port de Montréal. Après deux ans comme musée, il a accueilli les touristes et partagé cette page d’histoire avant d’être vendu à une entreprise de la Louisianne en 1995. Cette vente marqua le départ, vers l’étranger, d’un symbole de la Nouvelle-France et scellé aussi la fin, en terre québécoise, d’une véritable épopée: après sept ans de construction. Racheté par la ville de Donaldsonville en 2002, en 2008, il est impliqué dans un accident maritime, causant un déversement de fuel dans le Mississippi et coulé. Plus de détails sur sa situation actuelle!

Origine du projet Pélican

C’est le regretté philanthrope David Mac Donald Stewart, fondateur de la fondation MacDonald Stewart, qui envisagea de ressusciter le navire amiral d’Iberville. Il jugeait invraisemblable qu’on en sache si peu sur la famille Le Moyne au Canada. Par l’intermédiaire du Pélican, aidé de son ami François Cordeau, il désirait capter l’attention de la population dès le début de la construction et lui faire connaître ces premiers combattants canadiens-français. Les deux hommes avaient déjà recréé ensemble La Grande Hermine de Jacques Cartier pour les 100 ans du Canada et l’Expo’67.
Quant à François Cordeau, il prit la mer à quinze ans et il étudia l’architecture navale à Paris où il était un visiteur assidu du Musée de la Marine. Après des années de recherche, il avait une connaissance approfondie du Pélican bien avant sa rencontre déterminante avec David Mac Donald Stewart et le début des travaux de construction.  Ainsi, par ricochet, ce duo fervent d’histoire souhaitait régénérer l’orgueil national.

  • Pour en savoir plus sur l’histoire de Pierre Le Moyne d’Iberville et ses frères! Histoire.LeMoyne.
  • Pour connaître la liste des marins qui étaient à bord du Pélican! liste.marins.1
  • Pour en savoir plus sur le chantier! Enroute

Encore aujourd’hui, la grande fierté de François Cordeau est celle des jeunes, des hommes, de ses « petits-gars » qui ont travaillé pour lui sur le chantier. Demeurant toujours à Pointe-au-Pic, c’est toujours une grande fierté de les recroiser à La Malbaie et surtout de raconter et se commémorer le cœur à l’ouvrage et la détermination de ses équipes de travailleurs.

Le Pélican de La Malbaie fait toujours la fierté de ceux et celles qui y ont travaillé!

Aujourd’hui, à l’endroit où était situé le chantier de construction de la réplique du Pélican de La Malbaie, un parc municipal a été nommé « Les battures du Pélican » en mémoire des ceux et celles qui y ont travaillé.  Aussi, faisant suite à de courtes rencontres fortuites et souvent très bref échange entre les anciens et les anciennes du Pélican, Lise Pilote, jadis responsable de la promotion du musée et de l’accueil des touristes et visiteurs sur le chantier, souhaite rejoindre tous ceux et celles qui ont œuvré à cette construction.

Le 6 juin 2015 – Que de plaisirs aux retrouvailles du Pélican de La Malbaie!

Symbole d’un monde meilleur, le Pélican a été un lieu de rencontre, de partage, on y a créé des liens, des amitiés, des amours. Mais avant tout, le Pélican est synonyme de fierté, de vivacité et de ténacité dans la réalisation de nos rêves et de nos vies. Pourquoi faire quelque chose de simple ou banal qu’en nous avons la capacité de nous réaliser à plein, d’aller plus loin que soi et que ce que la vie nous offre. (Découvrez ce qui nous unie… cliquez-ici!)

Reconstruction d’archives : Participation du public sollicitée

Partagez vos souvenirs et vos photos sur Facebook

Aussi, nous sommes à la recherche de documents : photos, vidéo, article de journal, objets promotionnels, qui permettrait de créer des archives et les partager avec la population. Merci de contacter Lise Pilote par courriel au pelicandelamalbaie@gmail.com.

24 commentaires sur “Le Pélican de La Malbaie
  1. Marie-Josée Lavoie dit :

    Allô Lise,

    Bien entendu que je suis du voyage. Je vais regarder parmi mes photos.

    • Lise Pilote dit :

      Super, éventuellement, j’aimerais relancer le public (touristes et visiteurs) pour des vidéos ou autres photos, la qualité des miennes est horrible car j’ai dû scanner des photocopies de photo que j’avais dans mon livre souvenir.

  2. christine guay dit :

    Bonjour serais til possible de m’envoyer les photo … Je viens de voir mon père dans le fil de photo et j’aimerais lui montrer .. J’avais 3 ans a l’époque..je serais vraiment heureuse de pouvoir lui montrer

  3. Christine dit :

    j’Aio réussit a les entrer dans mon ordinateur .. uiol sera surement tres heureux de les regarder merci 🙂

  4. stephane dit :

    salut lise je vais regarder je pense que j ai des photo aussi .j te revient avec ca bye

  5. stéphane leblond dit :

    Salut Lise , c`est Stéphane Leblond , j`ai travaillé sur le pélican fais moi signe quand tu saura la date des retrouvailles je vais probablement venir, merci bye.

    • Lise Pilote dit :

      Contente de te lire Stéphane, j’ai eu quelques problèmes avec Internet, mais je tenais a te saluer. Je te tiendrai informer bientôt pour la suite des retrouvailles. N’hésite pas a en parler avec d’autres et a me les référer.

      Passes de belles fêtes et une belle année 2015!

  6. Joachim Belley dit :

    Merci de me prévenir lorsque la date sera connu je vais surement y participer.

  7. stéphane leblond dit :

    Merci Lise passe aussi une bonne année 2015

  8. Dino Girard dit :

    Merci Lise prévenez moi de la datte de l`évenement.

  9. Marc-André Morin dit :

    Quelle belle initiative. Je m’intéresse aux maquettes de navires anciens et je cherchait un sujet et je crois que celui-ci en serait un vraiment passionnant à réaliser. Si c’était possible j’aimerais obtenir des copies des plans pour réaliser cette maquette. Je n’ai pas encore décidé de l’échelle mais je crois que cela permettrait d’apprécier sa beauté. L’idéal serait une réplique d’environ 1 mètre. C’est vraiment malheureux que le Pélican aie terminé ses jours aux ÉU et que ce dernier ai été si mal conservé.

  10. stéphane leblond dit :

    Salut Lise , c`est pour confirmer ma présence le 6 juin prochain pour les retrouvailles , merci et passe une bonne journée.

  11. Maltais Éric dit :

    Salut Lise, j’ai travaillé sur le pélican et je suis intéressé par la rencontre que tu prépare. Fais moi signe quand tu saura la date.

  12. Le Moyne de Martigny, Jacques -Pierre dit :

    Bonjour,

    Grâce à vous , j’ ai des nouvelles du fameux Pélican dont la reconstruction me passionnait ; j’ ai été navré d’ apprendre ce qu’il est devenu .

    Grand dommage car on peut penser qu’il aurait pu rester au Canada .

    Invité par Madame Stewart pour le lancement à Montréal, j’ai offert ce jour là un grand blason avec les armoiries peintes de la famille pour la cabine de Pierre Le Moyne d’ Iberville .

    Le Moyne de Martigny

    • Lise Pilote dit :

      Merci pour votre partage monsieur Le Moyne de Martigny. Nous avons eu de belles retrouvailles et j’ai quelques idées et projet que j’aimerais tenté de réaliser dont celui permettre à des anciens du Pélican de naviguer à bord du Grand voilier qui se rendra à Québec en 2017. Si vous le souhaitez, je pourrai vous tenir informé.

      Lise Pilote

  13. Jean Pierre Morin dit :

    Bonjour Lise
    Pense tu qu’il serait possible d’avoir une copie des plans du pélican?
    un téléphone un nom une indication je pourrait donc commencer a chercher.
    J’ai le gout depuis longtemps d’avoir une maquette d’un voilier de cette époque dans mon salon
    J’ai trouvé un maquettiste a St Jean port jolie qui je croit est assez habille pour m’en fabriquer une.
    Et pourquoi pas le pélican le bateau de la fameuse série a Radio Canada.
    Merci a l’avance

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*